THE PLACE BEYOND THE PINES (ou AU NOM DU PÈRE)

The Place Beyond the Pines est la deuxième collaboration de Ryan Gosling et Derek Cianfrance. Après Blue Valentine (2010), qui retrace la relation tumultueuse de Dean et Cindy (Michelle Williams), le réalisateur aborde ici la figure paternelle.

« Ce sera la plus grande montée d’adrénaline de ta vie. »

Romina (Eva Mendes) travaille dans un diner, tout en étudiant. Luke (Ryan Gosling) bosse dans une fête foraine itinérante, où il pilote une moto dans le « Globe de la mort ». C’est à cet endroit, qu’ils se rencontrent.

Luke part et ne revient dans la ville de Schenectady qu’un an plus tard. Il découvre que Romina a eu un fils Jason, le sien et qu’elle a emménagé avec un certain Kofi (Mahershala Ali). Luke ne veut pas offrir à son fils la vie qu’il a eue et décide, après avoir essuyé le cambouis dans un garage miteux, de braquer des banques et de s’échapper sur sa moto.

« Si tu conduis comme l’éclair, tu vas t’écraser comme le tonnerre. »

Cette première partie du film apporte une esthétique particulière, assez sombre, pour narrer la romance de Luke et Romina. Ryan Gosling (Drive – 2011 et Only God Forgives – 2013 de Nicolas Winding Refn) est à la fois fragile et séduisant, brutal et complexe. Eva Mendes (Holy Motors – 2012), quant à elle, a un peu le cul entre deux chaises : toujours folle amoureuse de Luke, mais habitant sous le toit de Kofi, Mahershala Ali (Treme – 2011-2012, House of Cards – 2013-2016, Luke Cage – 2016), qui lui apporte un confort non-négligeable.

« Je veux être là pour l’une de ses premières fois. »

La deuxième partie du film retrace la montée dans la hiérarchie policière d’un certain Avery Cross, Bradley Cooper (la trilogie des Very Bad Trip – 2009 – 2011 – 2013). L’image y est plus lumineuse, comme éclairée par l’ascension du jeune flic et papa d’un petit AJ, qui a le même âge que Jason.

La troisième partie de The Place Beyond the Pines se base sur la rencontre au lycée de ces deux jeunes hommes, qui sans le savoir ont un passé qui les liera à jamais. Ici, l’esthétisme est comme un clin d’œil au film Elephant de Gus Van Sant (2003), avec une caméra mouvante (filmé à l’épaule), des décors réels (lycée de la ville), des lycéens, avec une issue tout de même bien différente.

« Tout va au ralenti. Tu es perdu.« 

Le réalisateur nous propose un film électrisant et d’une certaine élégance (surtout pour la première partie). Un questionnement sur que devons-nous transmettre à notre enfant ? Quelles valeurs ? En somme un film intelligent et complexe.

De Derek Cianfrance – Avec Ryan Gosling, Bradley Cooper, Eva Mendes  2h20 – Drame, Policier – 2013

Pour ne rien rater, suivez-nous sur notre page Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *