KICK-ASS (ou BOTTER LE CUL EN COSTUME)

Kick-Ass est un film dont aucune boîte de prod ne voulait mais pour qui toutes les boîtes de distribution se sont battues. Retour sur le film, qui a réussi l’exploit d’être bouclé avant que le comics ne soit terminé ! 

« Comment ça se fait que personne n’essaye de devenir un super-héros ? »

Dave Lizewski (Aaron Taylor-Johnson) est un ado lambda : boutonneux, geek et fan de comics, avec un sac à dos de 15 kilos, passionné par les gros nichons et possédant quelques actions chez Kleenex ! N’ayant pas fini sa puberté, il n’a aucune chance avec les nanas du lycée. Du coup, pour occuper son temps, il décide de se créer un alter-ego costumé. Il se choisit un nom, Kick-Ass, et s’entraîne d’arrache pieds. Et c’est loin d’être gagné.

Parallèlement à la naissance de ce super-héros en combinaison de plongée, deux autres héros sans pouvoir mais avec un arsenal démesuré s’entraînent. Il s’agit de la petite Hit Girl (Chloë Grace Moretz), 11 ans et adepte de l’épée double lame, et de son papa chéri, Big Daddy (Nicolas Cage), un tantinet psychotique.

Kick-Ass, le néophyte, et le duo expérimenté père-fille combattront le crime séparément, avant de faire équipe pour assouvir la vengeance de l’un des protagonistes masqués.

« Pourquoi il y en a des milliers qui rêvent d’être Paris Hilton et pas un qui veut être Spiderman ? »

Aaron (doublé pour la version québécoise par Xavier Dolan (Martyrs – 2008, J’ai tué ma mère – 2009, Les amours imaginaires – 2010)),a rejoint le casting très tardivement. Après avoir auditionné de nombreux ricains, le réalisateur Matthew Vaughn ne semblait toujours pas avoir trouvé sa perle rare. A force d’insister, la directrice de casting finit par le convaincre de voir un gars qui était de passage à Los Angeles. Ce gars-là se révéla être le Kick-Ass que le réalisateur cherchait pour son film. Pour l’anecdote, le réalisateur voulait à tout prix que l’acteur principal soit américain, raté … Aaron (Savages – 2012, Avengers : L’ère d’Ultron – 2015) est british et sur le tournage, un coach de diction a été embauché pour éviter que Kick-Ass ait un accent trop prononcé !

Chloé (Hugo Cabret – 2011, Sils Maria – 2014) est doublée par un garçon d’une dizaine d’années pour certaines scènes d’acrobatie et, pour une seule scène du film, par un cascadeur chinois de 26 ans. D’ailleurs je te laisse chercher dans quelle scène il apparaît car ça passe crème au montage et c’est vraiment invisible pour l’œil du spectateur.

Pour ce qui est de Big Daddy, ça a été une évidence pour le réal de proposer le rôle à Nicolas Cage (Sailor et Lula – 1990, Volte/Face – 1997) et pas seulement parce que, dans le comics, le scénariste avait déjà comparé Big Daddy à Nicolas Cage. Les deux hommes avaient en tête le même gars pour incarner ce papa poule-là. L’acteur est touchant en caricature de Batman et cela fait du bien de le retrouver dans un rôle à sa mesure.

« Comme chaque tueur en série le sait : il y a un moment où l’heure n’est plus au fantasme. Il faut passer à l’acte. »

Qu’en est-il du comics ? Matthew Vaughn (Layer Cake – 2004, X-Men : le commencement – 2011, Kingsman : Services secrets – 2014) a eu vent d’un nouveau genre de « super-héros » : des mecs sans pouvoir, costumés, qui décideraient de rendre la justice par eux-mêmes. L’idée venait de Mark Millar (Superman Redson -2003, Kingsman : Services secrets – 2012, The Authority -2017), scénariste de comics, qui commençait à écrire sur cette thématique. Les deux hommes se sont rencontrés et se sont accordés sur le projet de réaliser un film.

Il ne faut en aucun cas faire l’impasse sur le film ou le comics. En effet, les deux œuvres sont à lire et à voir, puisque même si elles sont issues de la même source, le film a été tourné avant même que le comics ne soit terminé. Ainsi, l’un a inspiré l’autre, et réciproquement ! Par contre, pour ce qui est de l’hémoglobine, le comics reste beaucoup plus gore et violent que le film !

Hit Girl : « Moi j’aime bien Kick-Ass, il se débrouille bien. »

Big Daddy : »Il se débrouille pour se faire massacrer oui. On devrait l’appeler Kickass-Rien. »

Les studios ont rapidement refusé la production du film. Selon eux, une gamine de 12 ans, qui est une assassin et qui parle vulgairement, cela n’attirerait personne. Finalement, ils ont fait le film seuls. Une fois, le film tourné et monté, il a été proposé aux maisons de distribution, qui se sont battues pour le distribuer car au final, la gaminé était géniale ! C’est donc Lionsgate (la saga Hunger Games – 2012, 2013, 2014 et 2015), habitué du genre, qui produira Kick-Ass.

« Le spectacle est fini, bande d’enfoirés ! » 

Kick-Ass, c’est nettement au dessus de Super (2011) et de pas mal de films de super-héros. C’est un vrai hommage aux comics entre humour noir et WTF, action et drame.

Kick-Ass, c’est brutal et jouissif, avec une bande son hyper rythmée, qui fait bien monter la pression, avec bon nombre de références cinéphiles, telles que Boulevard du crépuscule (1950) et American Beauty (1999) ou encore Sin City (2005) et Scarface (1983).

De Matthew Vaughn – Avec Aaron Taylor-Johnson, Nicolas Cage, Chloë Grace Moretz  1h57 – Action, Drame – 2010

Pour ne rien rater, suivez-nous sur notre page Facebook.

Une réflexion au sujet de « KICK-ASS (ou BOTTER LE CUL EN COSTUME) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *